Bénéfices humains et scientifiques

D’un point de vue humain, en l’absence de traitement, un suivi régulier est essentiel pour adapter aussi précocement que possible la prise en charge des patients, ralentir l’évolution de la pathologie et ainsi favoriser son maintien à domicile.

Comment le dispositif médical innovant THALIE améliore le suivi du patient ?
  • L’interaction guidée par la voix permet une réalisation des tests moins contraignante pour le clinicien. Un gain de temps, une limitation de l’effort engagé par le patient et le clinicien qui seront évalués par l’étude clinique pilote, pourraient permettre soit d’augmenter le nombre de consultations par le clinicien, soit d’intégrer dans une même consultation un nombre plus important de tests permettant d’affiner l’évaluation cognitive du patient.
  • La finesse et la standardisation de l’analyse des fonctions cognitives, permise par les technologies mises en oeuvre, devraient permettre de repérer plus facilement, les évolutions du profil cognitif d’un patient. L’idée est d’identifier des changements plus précocement et d’intervenir plus rapidement, pour adapter la prise en charge au besoin du patient.

 

D’un point de vue scientifique, l’effort actuel de digitalisation des tests s’est porté sur l’informatisation des feuilles de calculs de scores pour le clinicien. Cette informatisation permet de simplifier le mode de calcul des scores en fin de tests, mais ne traite pas des sujets complexes de reproductibilité des tests, ni de la systématisation des mesures de grandeurs physiques comme le temps. Cette « mécanique » reste de la responsabilité du clinicien.

Quelles sont les limitations des approches « traditionnelles » de digitalisation ?
  • Le test n’est pas administré. Ceci implique d’une part, que patient et clinicien partagent le même écran et d’autre part, que le clinicien doit « récupérer » la tablette entre chaque test, pour lancer le test suivant. Les principaux risques liés à ce partage d’écran sont :
    • une perturbation du patient lors d’un passage d’un test à un autre,
    • la possibilité pour le patient de visualiser ses résultats durant l’évaluation,
    • une grande proximité physique entre le patient et le clinicien peut déranger le patient.
  • Les consignes sont toujours présentées oralement par le clinicien, qui doit expliquer le fonctionnement du test sur tablette partagée avec le patient. La répétition de consigne n’est pas toujours notée, la reproductibilité de la répétition des consignes n’est pas assurée.
  • Un mode de fonctionnement différent est utilisé pour les exercices de type « graphiques » (semi automatisés) et ceux de type « vocaux » (uniquement par le clinicien). Cette différence de traitement entre les deux types de tests peut entrainer des disparités.

L’approche proposée par le dispositif THALIE permet de lever ces ambigüités en proposant une console d’administration qui sépare clairement les vues patient et clinicien, une démarche homogène pour l’ensemble des tests graphiques, visuels ou vocaux, une automatisation des mesures de grandeurs physiques (temps de réponse), et enfin une standardisation des répétitions de consignes.

Cette approche semble être la seule qui permette au patient de disposer d’un environnement fiable et adaptatif pour la réalisation de son test, et qui permette au clinicien de vraiment se concentrer sur l’observation clinique de son patient en étant détaché de beaucoup de contraintes.